En accédant à notre site Internet, vous reconnaissez accepter les cookies. Ne plus afficher ce message

Témoignages

 

Quel est votre souvenir le plus marquant du GPLC ?

 

« La visite d'Oscar Strasnoy pour le GPLC 2011 : j'avais pu regrouper les deux groupes d'option Première que j'avais alors. Nous étions une cinquantaine sur des chaises, des tables, partout dans la salle...Frédérique Triquet (chargée de mission du GPLC de 2000 à 2018) s'était débrouillée, par son énergie et sa motivation, pour convaincre mon proviseur de permettre l'organisation (en une semaine !) d'un voyage en car à Lyon pour assister au concert des Leino Songs de Kaija Saariaho à l'Auditorium de Lyon. Moment mémorable pour les élèves le soir même de la visite d'Oscar Strasnoy. Autre souvenir : l'enregistrement par une élève du texte de Pessoa pour Pierre Jodlowski en décembre 2015. »

Pierre Crispi, ancien professeur d’Éducation musicale au lycée Claude Bernard de Villefranche-sur-Saône.

 

« La découverte de l'œuvre de Francesco Filidei pour le GPLC 2017 (Puccini alla caccia, pour huit joueurs d’appeaux), qui a beaucoup marqué les élèves et qui a donné lieu à des échanges passionnés. »

Christelle Bossu, professeure d’Éducation musicale au lycée Honoré d’Urfé de Saint-Etienne.

 

 « Il n’y en a pas un en particulier, mais chaque œuvre permet toujours de rebondir et de prolonger sur d'autres œuvres parfois d'époques très lointaines. On tisse ainsi la grande toile de l'histoire de la musique. De plus, c'est aussi l'occasion d'amener les élèves à des activités de création ou d'interprétation. »

Jean-Louis Soulet, professeur d’Éducation musicale au lycée Barral de Castres.

 

« Thierry Machuel et Paroles Contre l'oubli, composé dans le cadre d'interventions en centre de détention. Une démarche humaine saisissante qui dépassait de loin le cadre strict de la création musicale. »

Stéphane Dietrich, professeur d’Éducation musicale au lycée Albert Schweitzer du Raincy.

 

« Je n'ai pas de souvenir plus marquant qu'un autre. Je suis toujours touchée par la réflexion des élèves sur ces musiques qu'ils n'écoutent pas habituellement. Touchée également de leur permettre de faire des choses qu'ils n'ont jamais faites avant, comme tout simplement aller à Paris. »

Yvelise Bayle-Dingeon, ancienne élève participante et professeure d’Éducation musicale au lycée Robespierre d’Arras.

 

 « Difficile de choisir ! L'émotion des élèves lors de l'écoute de la pièce de Thierry Machuel (GPLC 2011) ou la rencontre avec Eric Montalbetti (GPLC 2018). »

Marie-Françoise Quinet, professeure d’Éducation musicale au lycée Louis Pasteur de Lille.

 

« Je me souviens que des élèves pleuraient d'émotion après avoir écouté Paroles contre l'oubli de Thierry Machuel lors de l'édition 2011. »

Marie-Line Bouhatous, professeure d’Éducation musicale au lycée Champollion de Grenoble.

 

« Le concert à la Philharmonie (Journée Nationale du GPLC 2015). La Philharmonie venait à peine d'ouvrir, c'était un grand moment ! »

Frédérique Delamotte-Quarré, professeure d’Éducation musicale au lycée du Sacré-Cœur de Saint-Brieuc.

 


Quel est votre meilleur souvenir de rencontre avec un compositeur ?

 

« Le contact entre les compositeurs rencontrés (Pierre Jodlowski en 2015 et Patrick Burgan en 2019) et les élèves. Ces compositeurs ont tous deux contribué à ouvrir les élèves sur divers aspects de leur musique. »

Christian Ring, professeur d’Éducation musicale au lycée Bossuet de Condom.

 

« Patrick Burgan en 2019 : Très accessible, la rencontre a permis de donner par ses explications une meilleure compréhension de son travail, de son œuvre et de la vie d'un compositeur. »

Jean-Louis Soulet, professeur d’Éducation musicale au lycée Barral de Castres.

 

« David Hudry en 2019. Une expérience géniale pour les élèves et pour moi ! Quelqu’un de très simple, très abordable, une faculté à expliquer son métier mais aussi sa démarche à un public pourtant un peu dubitatif voir réticent au début. Une personne d'une très grande gentillesse et d'une grande culture avec laquelle il est très agréable de discuter. »

Marie Pilot, ancienne élève participante et professeure d’Éducation musicale au lycée Jacques Amyot de Melun.

 

« Kryštof Mařatka en 2019. C'était très enrichissant, les élèves ont beaucoup apprécié. C'était très vivant de le voir essayer et jouer de tous ses instruments traditionnels. L'entendre jouer au piano un mouvement de la Symphonie du nouveau monde avant l'entrée des élèves était super également ! Et j'aimais beaucoup sa pièce, donc j'étais contente de le recevoir ! »

Frédérique Delamotte-Quarré, professeure d’Éducation musicale au lycée du Sacré-Cœur de Saint-Brieuc.

 

« J'ai eu l'honneur d'accueillir une seule fois un compositeur. Je ne me souviens plus pour quelle édition, mais Mme Canat de Chizy a littéralement captivé les élèves ! Les deux heures passées en sa compagnie sont très vite passées ! »

Maryline Rousseau, professeure d’Éducation musicale au lycée Saint-Joseph de Château-Thierry

 

« Tous m'ont beaucoup intéressée ! Mais particulièrement Eric Montalbetti en novembre 2017. Son parcours atypique, son attention bienveillante aux questions des élèves et ses réponses sincères nous ont tous marqués. »

Marie-Françoise Quinet, professeure d’Éducation musicale au lycée Louis Pasteur de Lille.

 

« Philippe Hurel en 2017. Une musique qui avait un peu de mal à passer auprès des élèves. Ce fut l'inverse après la rencontre avec le compositeur, un personnage ! »

Cyrille Colombier, professeur d’Éducation musicale au lycée Gabriel Fauré d’Annecy.

 

« Une rencontre quasi personnalisée avec Kryštof Mařatka en 2019. Un moment musical intense, généreux. Les élèves en sont sortis extrêmement enthousiastes. »

Stéphane Dietrich, professeur d’Éducation musicale au lycée Albert Schweitzer du Raincy.

 


Quel est votre meilleur souvenir d’une Journée Nationale ?  

 

« En 2006, je me souviens avoir été assise tout près de Guillaume Connesson dont je venais de découvrir l'œuvre avec mes élèves et que j'avais beaucoup aimé. »

Marie-Line Bouhatous, professeure d’Éducation musicale au lycée Champollion de Grenoble.

 

« La journée à Paris en tant que professeur est un moment que j'affectionne car j'y retrouve chaque fois mon professeur de musique lorsque j'étais lycéenne ! il y emmène toujours ses élèves et maintenant j'y emmène aussi les miens. C'est un beau moment de retrouvailles et d'échanges. »

Marie Pilot, ancienne élève participante et professeure d’Éducation musicale au lycée Jacques Amyot de Melun.

 

« Avec deux de mes élèves en option musique et en arts du son, nous avons été sollicités pour une interview surprise après la proclamation du grand prix et ce fut une très grande joie et une fierté de passer en direct sur l'antenne pendant le concert du soir. »

Christelle Ormeggi, professeure d’Éducation musicale au lycée Robespierre d’Arras.

 

« En 2011, l'interprétation des pièces de Machuel dans cette lumière bleue. La dimension vocale est peut-être plus marquante que les pièces purement instrumentales... »

Marie-Françoise Quinet, professeure d’Éducation musicale au lycée Louis Pasteur de Lille.

 

« Lorsque Keija Saariaho a répondu à la question si c'était difficile d'être une femme compositrice : elle avait dû prouver davantage que ses collègues masculins la qualité de son travail, que certains professeurs avaient refusé d'enseigner la composition à une femme... qu'elle était heureuse de voir tant de jeunes filles dans la salle ce jour-là. »

Florence Blanc-Canty, professeure d’Éducation musicale au lycée Guillaume Apollinaire de Thiais.

 


Une dernière anecdote à partager ?  

 

« Lorsque Bruno Mantovani est venu rencontrer ma classe en 2003, il m'a demandé où se trouvait une bonne pâtisserie proche du lycée ! »

Marie-Line Bouhatous, professeure d’Éducation musicale au lycée Champollion de Grenoble.

 

« En cherchant (et en retrouvant) les documents du GPLC lorsque j'étais élève (2002), je m'aperçois que parmi les compositeurs sélectionnés, un bon nombre sont aujourd'hui devenus des références dans le monde musical (Cavanna, Dufourt, Escaich, Levinas...), une sacrée sélection ! »

Marie Pilot, ancienne élève participante et professeure d’Éducation musicale au lycée Jacques Amyot de Melun.

 

« Un ancien élève, fervent défenseur des musiques populaires et tonales, très souvent opposé aux univers sonores novateurs, est devenu médiateur culturel au Centre Georges Pompidou de Metz. »

Daniel Bérard, professeur d’Éducation musicale au lycée Jean Moulin de Forbach.

 

« Cette journée à Paris dans le cadre de la remise du prix et du concert fut l’occasion d'un voyage scolaire dans les salles de concert, musées et autres lieux de différents arts avec notre classe. Des expériences très complémentaires qui m’ont permis de découvrir Paris et sa culture mais également de tomber amoureux d'une fille dans ma classe avec qui nous poursuivons notre chemin et relation encore aujourd'hui ! »

Robin, ancien élève participant.

 

« J'ai eu l'honneur d'être choisie pour le comité de sélection 2018 et j'ai ainsi pu participer de bout en bout à la chaîne de la sélection jusqu'à la remise du prix. C'était une expérience inoubliable pour moi ! »

Maryline Rousseau, professeure d’Éducation musicale au lycée Saint-Jospeh de Château-Thierry

 

« Admirant mon professeur de musique au lycée et n'ayant plus de place où me mettre avec mon ami lors de la remise du prix, j'ai pu me mettre à côté de mon professeur et discuter avec lui du concert. »

Nicolas, ancien élève participant.

 

« J'aime découvrir les pièces en même temps que les élèves (ainsi, je ne les influence pas), je fais donc ouvrir l'enveloppe plastique des CD aux lycéens de la première classe qui écoute la pièce : ils adorent ! »

Marie-Françoise Quinet, professeure d’Éducation musicale au lycée Louis Pasteur de Lille.

 

« La rencontre avec Thierry Machuel (plus la présence de ses œuvres pour le BAC) a été le point de départ pour l'organisation d'un concert Machuel à Grenoble (festival les Détours de Babel) avec un chœur de lycéens. Sa présence a été une rencontre très forte pour les élèves et pour moi. Depuis, j'ai eu souvent l'occasion de diffuser sa musique. Dernièrement, je lui ai commandé un oratorio pour des rencontres européennes (création à Berlin en novembre 2018). »

Cyrille Colombier, professeur d’Éducation musicale au lycée Gabriel Fauré d’Annecy.

 

« Le GPLC a été la cause d'un voyage scolaire qui m'a permis de découvrir Paris et tous ses aspects culturels, il m'a aussi permis de commencer une relation avec un garçon de ma classe qui est toujours d'actualité ;) ! »

Alexandra, ancienne élève participante.

 

« Une semaine avant la Journée Nationale, notre professeur de musique nous avait donné un devoir à la maison. Nous devions rédiger des commentaires sur les œuvres sélectionnées pour le GPLC 2010. Je me souviens avoir beaucoup travaillé sur ces textes avant de les rendre. Peu après, un matin avant le cours de musique, mon enseignante se dirige vers moi avec un exemplaire de la Lettre du Musicien en me disant de l'ouvrir à la page 6. En lisant attentivement les textes, je fus très étonnée de reconnaître une partie de mon commentaire sur l'œuvre de Zad Moultaka publiée dans le journal ! Ce fut une belle surprise, que ma professeure s'était bien gardée de nous dévoiler en amont. »

Madeline Davet, ancienne élève participante, secrétaire d’artiste de l’Ensemble Les Apaches.

 

« Lorsque Dusapin se confie aux lycéens lors de l'interview afin d'expliquer son travail. Il avait amusé la salle avec quelques anecdotes sulfureuses. »

Emmanuel Butez, professeur d’Éducation musicale au lycée Sainte-Famille d’Amiens.

 

« Les élèves sont souvent préoccupés par le prix remporté par le lauréat. Ils se sentent en quelque sorte investis d'une responsabilité en ayant entre leur main le « destin » d'une personne. »

Jean-Louis Soulet, professeure d’Éducation musicale au lycée Barral de Castres.

 

Les compositeurs se souviennent

 

Patrick Burgan, Prix des professeurs 2019

"Beaucoup de très jolis souvenirs liés à toutes ces rencontres ! Mais s'il faut choisir l'expérience la plus émouvante pour moi, elle se situe au lycée de Marseille. 

Le professeur d'italien qui m'accueillait dans sa classe avait demandé à ses élèves de faire des dessins : soit des portraits du compositeur invité, soit des illustrations de certaines de ses oeuvres ou ambiances musicales ; et je me souviens avoir été frappé par la pertinence et la qualité de tous ces travaux.

Mais la véritable surprise a été ensuite la lecture de devoirs d'invention (en italien, donc) que le professeur avait demandés à ses élèves, suite à mon intervention, et qu'il m'a ensuite gentiment fait parvenir. 

Un vrai régal que la lecture de ces fictions ; dans l'une d'elles, une certaine Laura devenait grande compositrice et finissait par surpasser son père (Patrick Burgan) qui allait désormais l'applaudir dans ses concerts, et y pleurait de bonheur. En voici la dernière phrase :

"Alla fine del concerto, tra gli applausi, suo padre piangeva perché era felice di sapere che sua figlia era diventata una grande artista in tutto il mondo". 

De quoi rendre jaloux mes 4 fils (réels ceux-ci)..."

 

Aurélien Dumont, GPLC 2017

Le compositeur partage son expérience dans une vidéo réalisée pour l'option musique du lycée Sainte-Marie de Caen, où il s'est rendu lors de sa sélection :

Voir le témoignage d'Aurélien Dumont

 

Pierre Jodlowski, Lauréat 2015

"Remporter le Grand Prix Lycéen des Compositeurs est à plus d’un titre une grande fierté : celle, avant-tout de pouvoir partager l’expérience de la création artistique avec des adolescents et pouvoir les rencontrer et échanger avec eux lors des rencontres dans les lycées ainsi que lors de la remise du Prix. Je me souviens avant toute chose de ces échanges, que j’ai vécus comme un enrichissement mutuel et où l’on ne s’adresse pas à des spécialistes mais des jeunes en quête de réponses sur le chemin de la vie."

 

Benjamin de la Fuente, Lauréat 2010

"Le Grand Prix Lycéen des Compositeurs fut une véritable aventure humaine dont je ne mesurais pas l'ampleur avant de prendre le premier train en direction de plusieurs lycées situés un peu partout en France."

Benjamin de la Fuente revient dans un témoignage émouvant sur sa sélection, son élection et la création de sa pièce Freewheel.

Lire le témoignage de Benjamin de la Fuente

 

Florent Mulsant, GPLC 2008 et 2019

La compositrice revient sur ses sélections dans un court message vidéo enregistré chez elle cet été.

Voir le témoignage de Florentine Mulsant